Lexique

 

Lexique

 


> Alternative stratégique

Tout changement a un prix à payer. Identifier l’alternative stratégique c’est définir le prix à payer pour le changement et le non changement, et de prendre pleinement conscience du choix à effectuer.

 


> Concertation

La concertation, une science sociale en devenir…
Il n’existe pas de méthode clé en main adaptable à tout type de projet ou territoire, mais une concertation bien menée peut limiter les aléas et, au final , sur l’ensemble d’un projet, permet des gains de temps tout en favorisant la légitimité des décisions.

Au-delà de la communication et de l’information, la mise en place d’une concertation avec un véritable lien à la décision permet d’être à l’écoute et de répondre aux revendications participatives.

La concertation sur un projet constitue :

  • Pour les élus, une occasion d’approfondir le lien avec les citoyens au-delà des urnes et favoriser l’adéquation des projets avec les attentes des administrés et les spécificités du territoire
  • Pour les maîtres d’ouvrages publics, un outil pertinent pour remplir leur mission d’intérêt général en dialoguant avec les usagers
  • Pour les opérateurs privés, une démarche permettant de gérer les conflits, mais aussi de construire un projet plus adapté au territoire dans lequel il s’insert.

La concertation n’implique pas forcément une co-décision. Il faut donc définir les objectifs assignés à la démarche et l’objet des discussions afin de clarifier les règles du jeu, et créer un lien de confiance avec les parties prenantes.

 


> Conformisme de clans

Respect étroit des règles et usages établis dans un groupe, qui conditionne l’appartenance à ce groupe. Le clan fait appel aux ascendants et prédécesseurs, plus qu’aux générations à venir. Dans un clan, la tradition prend le pas sur la transmission.

 


> Dualismes primaires

Les dualismes primaires sont inhérents à notre Être : l’âge, le sexe, le code génétique. Ils semblaient immuables jusqu’alors pour se transformer en véritables débats de société au XXIe siècle. Une nouvelle vision de l’avenir réside dorénavant plus dans les idées et leur évolution que dans la qualification de celui ou celle qui les porte. Ces idées seront le fruit de nouveaux cercles d’individus en fonction de leurs centres d’intérêt plus que leur âge ou leur sexe.

 


> Dualismes collectifs

Les dualismes collectifs étaient définis jusqu’alors par notre condition sociale, aujourd’hui largement remis en cause par d’autres formes de collectifs véhiculés par les réseaux sociaux. Aujourd’hui l’humanité est plutôt divisée par des tempéraments d’individus, qui apprécient la régularité, une vie bien ordonnée et ceux qui souhaitent contrôler ce qu’ils font et quand ils le font en tirant une large part de leur plaisir de la variété et de l’improvisation.

 


> Dualismes d’opinion

Les évolutions sociétales actuelles montrent la fin d’un clivage politique centré sur la seule dualité d’opinion gauche-droite. De nouveaux mouvements d’opinion apolitiques émergent en fonction du bien-fondé ou non de certains projets de société. Dans un avenir proche, ce sont ces grands projets qui vont conditionner l’opinion et non l’inverse. Il faut donc modifier notre approche projet afin d’intégrer les diversités d’opinion en amont pour déterminer un parcours collaboratif au service d’un mieux-être collectif.

 


> Dualismes économiques

Pendant longtemps les économistes ont privilégié des lois simples qui s’adaptaient à des modèles économiques binaires, obsolètes aujourd’hui, comme l’augmentation de la consommation d’énergie augmente le PIB, la croissance du PIB crée des emplois et tout projet industriel génère des emplois locaux. L’enjeu dans les années à venir sera de revoir ces définitions en fonction de nouveaux critères sociétaux intégrant un mieux-être collectif.

 


> Écosystème

Un écosystème est l’ensemble des êtres vivants et des éléments non vivants aux nombreuses interactions. L’écosystème recouvre les trois domaines communs à toutes les espèces vivantes (plantes, animaux et êtres humains), à savoir le physico-chimique, le biologique et le social, avec, en plus, la particularité du bio-culturel pour l’être humain. Cette particularité nécessite une attention toute particulière en matière de gestion de projets.

 


> Ennéagramme

L’Ennéagramme est un modèle de la structure de la personne humaine. Ce modèle aboutit à neuf configurations différentes de la personnalité, neuf manières de se définir. Chacun d’entre nous a tendance à donner dans sa vie la priorité à l’une de ces images de soi. En étudiant les conséquences de ce choix, l’ennéagramme donne une description très précise de la psyché humaine et permet d’expliquer et/ou de prévoir, avec une fiabilité étonnante, notre attitude face aux diverses circonstances de la vie.

 


> Faisabilité sociétale

La « faisabilité sociétale » est un élément de décision permettant d’enclencher un projet en fonction d’éléments d’appréciation ou de perception du risque.
Pour un opérateur, c’est inverser les critères décisionnels de choix dans le processus.

Critères de faisabilité technique

Critères de faisabilité technique

Critères de faisabilité sociétaux

criteres_de_faisabilite_societaux

 


> Ingénierie sociétale

L’ingénierie sociétale consiste à identifier, codifier et pondérer l’ensemble des critères de faisabilité d’un projet

Cette démarche permet :

  • D’appréhender les enjeux d’un projet sur un territoire
  • D’en mesurer les atouts et faiblesses
  • D’identifier l’ensemble des parties prenantes
  • De les intégrer dans un processus de concertation – réflexion – discussion – contrôle tout au long du projet

 


> Palo-Alto

Palo-Alto est l’antithèse d’une approche cartésienne, à savoir diviser les problèmes pour les réorganiser logiquement. Selon l’approche de Palo-Alto, il faut considérer l’individu dans son environnement, avec les relations qu’il y entretient, et étudier son système de fonctionnement pour l’aider à prendre conscience de ses propres tentatives de régulation qui l’empêchent d’avancer. L’objectif est d’identifier un 180° qui permettra à l’individu de changer de système afin de retrouver un nouvel équilibre.

 


> (le) Présent plutôt que le passé

Même si nous sommes le résultat de nos expériences passées, un comportement se maintient dans le présent si le système relationnel actuel de la personne le permet. Nous ne cherchons donc pas la cause passée d’une conduite actuelle, mais la manière dont ce comportement se manifeste aujourd’hui et les réactions qui le provoquent ou l’entretiennent. « L’acte a été commis et ne peut être défait ; alors laissez le passé enterrer ses morts » Milton Erickson.

 


> (la) Relation plutôt que l’individu

L’unité à prendre en considération n’est pas la personne seule, mais la personne et son environnement. C’est le contexte relationnel qui permet de donner un sens aux conduites individuelles ; par conséquent, on ne cherchera jamais à savoir comment réagit une personne dans l’absolu, mais comment elle réagit dans le cadre de ses relations avec les personnes de son entourage.

 


> Savoir commun

Mettre au service d’un projet le savoir scientifique combiné au savoir d’expérience, souvent ancré dans l’histoire locale. Une nouvelle maïeutique projet pourrait être d’établir un lien avec les acteurs de la société civile, non seulement pour formaliser leurs attentes, mais également partager le fond du raisonnement et déterminer ainsi les questionnements pertinents.

 


> Signaux faibles

En intelligence économique, les signaux faibles sont des éléments de perception de l’environnement, opportunités ou menaces

Ces éléments doivent faire l’objet d’une veille active pour participer à l’élaboration de choix prospectifs en vue d’établir une stratégie, et réduire l’incertitude. En communication, un signal faible est un levreau, à savoir un » petit lièvre en devenir ».

La détection et l’anticipation des « levreaux » passe très souvent par un audit du risque médiatique en fonction de critères pré-définis.

 


> Systémique

L’approche systémique de Palo-Alto s’intéresse à la façon dont les problèmes se manifestent dans le présent et utilise le contexte de vie actuel des patients pour les résoudre. Basée sur les nouvelles recherches en communication, la thérapie brève systémique cherche à soulager la souffrance psychologique le plus rapidement possible en amenant les patients à faire des expériences nouvelles qui leur permettent d’affronter le présent et l’avenir de façon plus sereine.

 


> Thérapie brève

Pour l’école de Palo Alto, le patient souffre moins de ses souvenirs et de son passé inconscient que de son incapacité à résoudre ses problèmes du moment, qui ne persistent que du fait de son comportement et de celui de son entourage. Dans cette optique, la thérapie ramène constamment le patient au vécu du problème ici et maintenant. En modifiant ce comportement par un changement, même minime, le problème devrait être contourné ou éliminé.

 


> Vision constructiviste de l’esprit humain

Le psychisme n’est plus envisagé comme une qualité transcendante (« je pense, donc je suis »), mais comme une qualité émergeant des relations entre l’individu et son environnement tant physique que social. On ne considère plus qu’il existe une bonne manière de voir le monde, LA réalité, à partir d’un point de vue absolu et rationnel, mais bien que chacun d’entre nous construit « sa réalité » et que celle-ci n’est jamais qu’un point de vue sur le monde qui nous permet de faire face, plus ou moins bien, aux difficultés inévitables que la vie nous amène.

 


> ZADIG21

Zadig21 est le nouvel individu conscientisé et maître de sa destinée au XXIe siècle
Après la course au progrès du XIXe siècle, la recherche d’un « mieux-être » facilitant l’accès aux besoins essentiels au XXe siècle, le Développement Durable du XXIe siècle devra se consacrer à la recherche d’un « bien-être social » intégrant des notions plus complexes à codifier comme la recherche de sens, de valeurs, de qualité de vie ; en bref la recherche d’un nouvel « écosystème philosophique ».

La seule ressource stable d’un tel écosystème sera l’individu lui-même avec un grand degré d’autonomie, de création et de liberté, qui lui permettra de rester maître de sa destinée. Cet individu, nous l’avons baptisé « Zadig21 », en mémoire du Zadig de Voltaire qui a toujours su rester maître de sa destinée, quelles que soient les circonstances politiques, économiques et sociales qu’il dû affronter.

« Zadig21 » analysera des sujets d’actualité sous un angle humain et nous fera revivre le passé par de petites histoires qui ont fini par alimenter la grande Histoire. « Écrire pour agir », disait Voltaire, « Écrire pour s’indigner, se révolter, s’engager, mais ne jamais se résigner », voilà la mission de Zadig21.